Tendances en matière de recrutement innovant pour 2018 : l’œil expert de Convictions RH

Publié le

L’année 2017 a été riche en innovation RH et très orientée expérience candidat. Dans cette course effrénée à l’innovation technologique, à quoi s’attendre pour l’année à venir ? Quelles tendances en recrutement pour 2018 ? Pour répondre à cette question, nous sommes allés à la rencontre de Jennifer Tauzia, senior manager en charge de l’expertise marque employeur, au sein du cabinet conseil Convictions RH.

 

Le cabinet Convictions RH a notamment pour cœur de métier le SIRH et le digital depuis maintenant 10 ans. Plus de 400 entreprises de tout secteur et de toute taille ont pu être accompagnées (soit plus de deux tiers des entreprises du CAC40, des ETI et PME ou encore des organisations publiques). Le cabinet en retire une vision transversale des impacts de la digitalisation, une connaissance pointue des éditeurs de logiciels et de l’éco-système des startups RH et de ses clients. Le cabinet édite d’ailleurs chaque année une cartographie des startups RH.

 

 

Quels constats faites-vous sur le terrain, auprès de vos clients, en matière d’innovation RH ?

Depuis 2 ans, nous observons un pic de développement des startups RH. Il y a une réelle multiplication des startups, mais aussi des sujets traités. Le plus important reste celui du recrutement : les innovations liées au recrutement pèsent pour près de la moitié des startups présentes dans notre cartographie. Mais elles couvrent aussi de nouveaux domaines, comme la gestion de la paie et des aspects plus administratifs, précédemment délaissés.

1. Premier constat : l’innovation RH ne se réduit pas qu’à la digitalisation.

Elle peut également passer par l’innovation des processus ou de l’organisation en elle-même. On parle par exemple beaucoup d’une orientation candidats, désormais considérés comme des clients potentiels, directement dans les processus et non plus uniquement dans les outils. Tout ne repose pas sur des outils, mais aussi sur une vision des processus.

2. Deuxième constat : la digitalisation est au cœur de la fonction RH.

Par exemple, les éditeurs SIRH qui disposent d’outils assez complets et proposent des outils assez complets, proposent en complément des outils « tactiques » sur des fonctionnalités qu’ils ne couvrent pas. Pour cela, ils nouent des partenariats avec des startups RH, qui s’inscrivent alors en complément d’outils, déjà existants. Il n’y a donc pas de concurrence réelle mais plutôt une complémentarité.

Cela peut être le cas notamment des entretiens vidéo différés qui sont mis en place, ou encore des outils concernant la gestion des compétences. Par exemple, au-delà des outils SIRH classiques qui permettent notamment de gérer les entretiens annuels, de nouveaux outils, basés sur la déclaration des compétences par les salariés eux-mêmes, viennent les compléter pour avoir une vision plus large des compétences internes.

 

Il faut admettre qu’il est donc assez difficile de se repérer parmi tous ces prestataires RH et tous les produits proposés. Quels conseils donneriez-vous à une entreprise souhaitant être guidée sur ce marché RH ?

Notre cartographie regroupe déjà plus de 130 startups françaises présélectionnées par nos soins. Cette dernière est non exhaustive. Tout évolue très vite, le rythme de l’innovation s’accélère alors que les équipes RH et SIRH n’ont pas la capacité en termes de temps et de ressources, pour s’accorder avec son rythme. On imagine donc toute la difficulté pour trouver le bon acteur.

Pour se lancer, il faut se demander : est-on prêt à travailler avec une startup ? Il faut ainsi avoir un minimum de culture agile, être agile soi-même ou du moins en avoir une appétence. Ensuite, on peut s’aider de classements, de prix de l’innovation, ou encore de cartographies. On peut également appuyer son sourcing en prenant des références auprès d’autres entreprises.

Autre point, il faut aussi prêter attention à la maturité des startups et ainsi identifier quel modèle construire avec eux ou comment se baser sur le leur.

Il peut être utile de se faire accompagner pour choisir avec quelle startup travailler, tout comme pour la sélection d’un SIRH. Il est surtout très important de bien formuler son besoin pour trouver la solution adaptée. Le conseil que nous apportons porte beaucoup sur ce travail de formulation, sur l’établissement d’une short-list de produits adaptés et sur le choix du mode de consultation. Pour les éditeurs de logiciels, il s’agit bien souvent d’appels d’offres classiques, alors que pour les startups, le choix repose majoritairement sur des maquettes et des itérations sur l’évolution de leurs produits. On parle de POC (Proof Of Concept).

 

Selon vous, quelles tendances de fond en matière de recrutement attendre sur 2018 ?

On peut repérer 4 tendances majeures (même si cette liste est non exhaustive vu le dynamisme autour de cette thématique).

  1. L’orientation candidat

Cette tendance s’observe quelques années. L’orientation candidat se traduit aussi bien dans la relation construite avec le candidat, dans la communication sur la marque employeur et dans les solutions proposées pour répondre aux attentes des candidats. Au niveau RH, on parle également de plus en plus d’expérience collaborateur.

  1. Vers l’intelligence artificielle en 2018

On voit de plus en plus de chatbots auto-apprenants qui orientent les candidats ou assurent la pré-sélection, ou également des outils de matching besoins des entreprises – profils. Toutefois, même si ces outils permettent une objectivation du recrutement, ils peuvent rester soumis aux mêmes biais que les recruteurs, desquels ils apprennent.

L’analyse massive de données ou Big data permet également de mieux connaître les parcours des candidats. Les entreprises peinent aujourd’hui à avoir des données fiables et structurées. Ces nouvelles startups vont aller chercher ces données et leur donner sens. CV Catcher (lien) va par exemple permettre une meilleure compréhension et structuration des données comprises dans les CVs. Il compense ainsi la faible qualité des données sur les candidats comme cela peut être le cas sur les collaborateurs.

Clairement, l’intelligence artificielle sera au cœur des tendances des recrutements pour 2018. Nous n’en sommes aujourd’hui qu’aux prémices !

  1. La revalorisation du métier de recruteur

Sur le terrain, on constate une réelle prise de conscience des entreprises que nous accompagnons, de la complexité du métier de recruteur aujourd’hui: multiplication des sources, des outils, des jobboards…

Le métier de recruteur est de plus en plus stratégique et requiert des compétences multiples (qualités relationnelles, marketing, RH et digitales). Recruter un bon recruteur, c’est ça la tendance en 2018 !

  1. La collaboration au cœur des RH

Les outils digitaux sont au centre de la collaboration entre collaborateurs, RH et managers. Ils permettent par exemple de (re)créer du lien au sein de l’entreprise et par-là, de l’engagement, y compris dans les processus de recrutement.

 

Une belle année en perspective donc ! Merci Jennifer de nous avoir partagé vos constats et prévisions.

 

Jennifer Tauzia est senior manager en charge de l’expertise marque employeur au sein du cabinet conseil Conseil Convictions RH.