Comment la Communauté des Communes des Hauts de Flandre a renforcé l’“emploi de proximité” sur des territoires ruraux grâce au numérique

Publié le

Sarah Senicourt, responsable de la Cellule Emploi de la Communauté des Communes des Hauts de Flandre (CCHF) et Céline Milliot, responsable communication, nous partagent leur expérience de la plateforme digitale emploi mise en place sur leur territoire. Après quelques mois, les résultats sont déjà au rendez-vous.

Quelles sont les particularités de votre territoire ?

La Communauté des Communes des Hauts de Flandre a été créée le 1er janvier 2014, suite à la fusion des Communautés de Communes du Canton de Bergues, de la Colme, de Flandre (à l’exception de Ghyvelde) et de l’Yser. Le territoire regroupe aujourd’hui 40 communes, soit près de 54 097 habitants (source INSEE 2015).

Bénéficiant d’une situation géographique privilégiée, à un carrefour autoroutier stratégique, le territoire doit proposer une offre foncière suffisante en quantité et en qualité pour les entreprises. C’est pourquoi de nombreuses zones d’activités économiques ont été développées. Nous pensons qu’en créant des conditions favorables d’accueil des acteurs économiques, nous maintenons ou créons des emplois nous confie Céline Milliot. Le Pôle Eureka, éclosoir d’entreprises s’inscrit dans cette démarche en permettant aux auto-entrepreneurs de s’installer à des tarifs préférentiels.

Lors de la création de la CCHF, André Figoureux, notre Président a défini comme priorité le développement économique et l’emploi.

Quels étaient vos enjeux ? A quoi a répondu la plateforme emploi digitale créée ? Quel service apportez-vous ?

En quelques mots, la compétence emploi-formation de la CCHF repose sur deux conseillers emploi – formation, au service de 700 candidats, demandeurs d’emploi ou salariés, et aux entreprises de plus de 40 communes.
On mesure ainsi toute la difficulté pour rapprocher l’offre et la demande et pour trouver la bonne personne au bon endroit. Par ailleurs, la particularité de notre territoire repose sur son caractère rural. Cela implique de développer l’emploi local et l’accès à l’emploi de proximité, en particulier pour les personnes ne disposant pas de moyen de locomotion. C’est pourquoi nous avons choisi de miser sur une plateforme digitale pour répondre au plus grand nombre sur le territoire.

 

C’est vous, Sarah, responsable de la cellule emploi-formation, qui avait porté cette initiative. Pouvez-vous nous en dire plus sur l’implication nécessaire pour porter un tel projet ?

 

Depuis le lancement de notre plateforme emploi CCHF le 29 mai 2017, nous avons réalisé beaucoup d’actions de terrain pour promouvoir la plateforme et pouvoir appuyer nos actions auprès de chacun des différents acteurs emploi et insertion. Nous avons ainsi réalisé plusieurs réunions publiques avec les élus, mais aussi les employeurs locaux et les candidats, qu’ils soient demandeurs d’emploi ou salariés. Nous avons également réalisé une conférence de presse.

Nous animons également beaucoup nos réseaux sociaux et nos communications auprès des 40 mairies pour permettre une exploitation optimale de la plateforme.
On se rend déjà compte depuis quelques mois, que même si nous restons le premier contact des entreprises et des candidats présents dans nos bases de données, nous gagnons un temps considérable sur notre travail quotidien et une meilleure visibilité auprès des entreprises locales. Les entreprises déposent directement leur annonce sur la plateforme et consultent la CV thèque. Pour beaucoup, il s’agit de PME et d’artisans. De leur côté, les candidats sont rendus acteurs de leurs démarches. Ils peuvent ainsi postuler aux offres qui les intéressent. De notre côté, nous pouvons suivre les recrutements, assurer nos missions de conseils et de pré-sélection des candidats.

 

La fracture digitale, on en parle ? Comment cela se passe pour les personnes qui ne sont pas à l’aise avec l’informatique ?

Nous avons mis en place un service à destination de tous ceux qui peuvent avoir “peur” de l’outil informatique. Un agent d’accueil est à leur disposition pour pouvoir les aider à se saisir de l’outil et à créer leur profil. Ils reçoivent alors leurs alertes emploi et sont finalement rendus plus autonomes nous confie Sarah Senicourt. Tout ceci nous permet de nous concentrer sur notre mission de chargé de relation entreprises et de services aux entreprises.

 

“Nous couvrons ainsi beaucoup plus de besoins en recrutement d’entreprises locales.”

 

Qu’en est-il en termes de mutualisation des différents acteurs sur le territoire ?

Sur le territoire de la CCHF, nous travaillons en relation étroite avec deux missions locales et Pôle Emploi. Nous sommes également en relation avec des groupements d’employeurs, utilisateurs de la plateforme et avec des agences intérimaires qui y ont de plus en plus recours. La plateforme a été présentée au cours de réunions d’information pour permettre de coordonner nos actions. Nous travaillions précédemment sur des bases de données difficilement exploitables et visibles.

 

“La plateforme nous permet ainsi de faciliter les mises en relations.”

 

Quels premiers résultats ?

Depuis le mois de juin, nous avons ainsi pu collecter près de 300 besoins en recrutement d’entreprises locales, ce qui nous appuie beaucoup au quotidien dans notre travail de prospection. Le gain de temps est là aussi considérable.

Nous avons également repéré un nombre de placements de candidats supérieur, avec a minima 22% de recrutements réalisés via ce nouveau service. Nous sommes en train de réaliser le bilan. Nous nous attendons donc à voir ce chiffre augmenter.”

 

Le nombre d’offres déposées est également en augmentation. Quant aux recherches de recruteurs via la CV thèque, nous avons pu identifier une forte propension à rechercher des candidats. La plateforme est aussi bien utilisée via l’ordinateur que le mobile (54% contre 37%), ce qui répond aussi aux nouveaux usages en matière de recherche d’emploi.

Enfin, cet outil est un support pour nos projets en cours et nos initiatives comme notre forum emploi annuel.

Merci Sarah Senicourt et Céline Milliot pour ce retour d’expérience et pour vos initiatives en faveur de l’emploi de proximité.

 

EN SAVOIR PLUS

La Voix du Nord : Demandeurs d’emploi et patrons se trouvent en un clic près de chez eux

Découvrir la plateforme emploi Collectivités